Nom de la ville: Commune d’Oujda

Population: 494 252 habitants (2014)

Superficie: 82 820 km2

La commune d’Oujda (CO) se situe au Nord-Est du Royaume, à 60km au Sud de la mer Méditerranée et 13km à l’Ouest de la frontière algérienne. Elle couvre une superficie de près de 9000 ha à proximité de la région montagneuse des Beni Snassen.

Nom du Président: Omar Hejira

Contact: Adnane El Ghazi – Service de planification et de développement durable (SPEDD): spedd.cuo@gmail.com

Site internet: http://www.communeoujda.ma/

Caractéristiques principales:

La ville d’Oujda a été fondée en 994 par Ziri Ben Attia, le chef de la tribu Maghrawa. Sa position géographique à l’extrême Nord-Est du royaume lui a confier une position importante. Comme destination principale et ville frontalière à proximité du territoire algérien, soit environ à 13 Km, la ville d’Oujda est devenue un carrefour entre les pays du Maghreb Arabe et l’Afrique. Sa proximité du bassin de la méditerranée à 60 km, lui a permis d’être une porte ouverte aux pays de l’Europe, mais à travers l’histoire, la ville s’est caractérisée surtout par sa position frontalière.

Activités économiques principales:

Le secteur industriel à Oujda comprend 3 unités d’industries : La coopérative laitière COLAIMO ; les moulins de grains ; les unités de concassage d’olives.

Oujda dispose également d’une technopole comprenant :

  • Une zone PME/PMI, au service du tissu industriel régional ;
  • Un « Retail Park », plateforme commerciale à vocation régionale ;
  • Un pôle tertiaire, axé sur l’Offshoring et les services ;
  • Un Camus du savoir, pôle d’excellence dans les domaines de la connaissance et de la Recherche et développement (R&D) ;
  • Une zone franche, Cleantech, destinée aux équipements ER/EE et industries écologiques.

Le domaine commercial de la ville d’Oujda est prédominé par le style traditionnel qui se caractérise par les ruelles commerciales de l’ancienne médina, le commerce de proximité et les marchés hebdomadaires. Cela occupe 75% de la superficie commerciale à travers 99 points de vente.

Cependant, ce secteur va connaitre beaucoup de changements qui se sont caractérisés par l’apparition de nouveaux modèles de commerce comme les agences commerciales et les espaces de grande distribution qui occupent 25% de la superficie commerciale.

La ville d’Oujda présente des potentialités touristiques culturelles, religieuses, thermales et tourisme de montagne. Plusieurs sites touristiques caractérisent la ville à savoir : l’ancienne médina, Bab Al Gharbi (Porte de l’Ouest), Bab sidi Abdelwahab, la grande mosquée, Dar Sabti, place Sidi Ziane, Musée Lalla Meryem, Parc Lalla Aicha, mausolée de Sidi Yahya, Station thermale de Benkachour, parcs récréatifs des forêt Sidi Maafa et forêt La Collange. Quant à l’activité commerciale à Nabeul, elle se base principalement sur la vente des produits artisanaux à savoir la poterie, le fer forgé, les nattes, les épices, les fleurs d’orangers etc.

Conditions et défis environnementaux:

Inscrit dans un territoire marqué par un fort exode rural et caractérisé par des indicateurs sociaux « faibles » (taux de chômage d’environ 20 %, importance de l’économie informelle, etc.), le premier centre urbain de l’Oriental connaît aujourd’hui une forte pression démographique accompagnée par un développement urbanistique horizontal important et peu contenu. La consommation d’espace importante et son corollaire, le besoin croissant en infrastructures et en énergie, sont les principaux défis qui se présentent aux institutions responsables de la planification territoriale.

D’un point de vue climatique, bien que la ville d’Oujda soit dotée de deux nappes phréatiques (celle d’Angad, superficielle, et celle de Jbel Hamra, profonde), les habitants de la région sont exposés à des épisodes de sécheresse couplés à un phénomène de désertification. Le principal risque de catastrophe naturelle auquel est soumise Oujda est celui des inondations, raison pour laquelle des projets de renforcement du réseau de gestion des eaux pluviales (sur plusieurs kilomètres) ont été intégrés à son Plan communal de développement (PCD), confortant ainsi le Schéma Directeur Bleu-Vert de l’Agence du Bassin Hydraulique de la Moulouya (ABHM).

Menu