Nom de la ville/municipalité: Al Zarka

Population: 846,120 (2018)

Superficie: 60 km²

Al Zarka se situe au nord-est de la capitale, Amman, à 33 km de celle-ci. La ville se caractérise par sa situation géographique moyenne entre les villes du Royaume et sur un réseau de routes la reliant aux autres gouvernorats et aux pays voisins.

Nom du maire: M. Emad Al-Moumni

Contact: info@zm.gov.jo

Site internet: https://www.zm.gov.jo/ar

Caractéristiques principales:

Al Zarka est une ville industrielle à forte densité de population. Elle abrite également des communautés et doit faire face à plusieurs défis. En ce qui concerne sa situation géographique, elle se trouve sur un point de l’axe reliant Amman au nord-est et à l’ouest du pays, ce qui en fait un important point de contrôle de toute l’activité économique et industrielle du royaume.

Activités économiques principales: Al Zarka est très riche en grandes cultures, produits maraîchers et arbres fruitiers ainsi qu’un important secteur d’élevage où les fermes et les élevages de moutons sont abondants. En ce qui concerne le secteur industriel, Zarka est la principale zone industrielle du gouvernorat d’Al Zarka où l’on compte pas moins de 408 installations industrielles. En outre, le secteur commercial d’Al Zarka est un secteur actif qui compte plus de 11 000 établissements commerciaux.

Conditions et défis environnementaux:

Le chômage est l’un des problèmes les plus importants à Al Zarqa, et ce problème s’est aggravé en raison de l’augmentation rapide de la population et des vagues de migrations successives, dont la dernière est l’afflux de réfugiés syriens. Le taux de chômage dans le gouvernorat d’Al Zarqa tourne autour de 18,1 %. Cependant, la ville est dotée de toutes les infrastructures essentielles. La ville est toujours confrontée à des défis majeurs, tant en termes de solutions à la crise de la mobilité urbaine qu’en termes de solutions scientifiques au traitement des déchets solides. Sur le plan climatique, Al-Zarqa jouit d’un climat semi-aride, avec des étés chauds et secs suivis d’hivers frais et des précipitations annuelles d’environ 180 mm pendant les mois d’hiver. La ville souffre d’étés secs et d’un faible taux de précipitations annuelles qui engendre un fort stress hydrique, ce qui a un impact direct sur différents secteurs tels que l’eau potable, l’agriculture, l’économie et la santé. De plus, à la fin de l’hiver et au début du printemps, la ville est affectée par des inondations qui ont un impact direct sur les terres agricoles, les infrastructures et les immeubles d’habitation.

Menu